Crevette cuite

La crevette cuite durant la grossesse

La crevette et ses spécificités

La crevette est un crustacé aquatique et très souvent marin. Les espèces les plus largement consommées sont la crevette rose et la crevette grise. La première se trouve sur les côtes rocheuses alors que la seconde se pêche sur les plages de sable. Les valeurs nutritionnelles de la crevette sont intéressantes puisque ce crustacé est pauvre en calories et riche en protéines. De plus, elle contient des acides gras riches en vitamine B12 et en oméga 3. Enfin, elle est pauvre en gras saturés, ce qu’il est une très bonne chose d’un point de vue nutritionnel.

La crevette peut se manger fraîche ou crue. Et durant la grossesse, l’alimentation est à surveiller de près lorsqu’il est question de poissons et de crustacés.

La crevette cuite pour la femme enceinte

Lorsqu’elle est fraîche (et non cuite), la crevette présente un important risque de contamination à la listériose. Ce risque est toujours présent lorsqu’elle est cuite, même s’il est moins important. Pour éviter tout risque de contamination, il faut veiller à choisir des crevettes extrêmement fraîches et à bien les cuire.

La listériose est un type d’intoxication alimentaire dont on entend parler le plus souvent au moment d’une grossesse. Pour une personne ordinaire, elle ne pose que peu de problèmes, mais pour les futures mamans, le risque est très élevé. En effet, les femmes enceintes ont vingt fois plus de chances d’être contaminées par cette bactérie. Celle-ci peut provoquer des symptômes similaires à ceux de la grippe chez la mère. Pour le bébé, le danger est immense : la bactérie peut provoquer une fausse-couche ou causer une grave pathologie. Il est donc essentiel de prêter une attention particulière aux aliments consommés, de toujours les choisir frais et de bien les cuire.

Pour bien manger pendant votre grossesse et avoir plein de recettes, je vous conseille sans hésiter ce super livre :

Crevette fraiche

La consommation de crevettes durant la grossesse

L’alimentation de la femme enceinte est déterminante pour le bon déroulement de la grossesse, ainsi que pour le développement de l’embryon. Certains produits sont donc à bannir de son alimentation durant cette période.

Les spécificités nutritionnelles des crevettes

Les crevettes sont des crustacés aquatiques, le plus souvent marins. Les espèces les plus consommées sont la crevette grise, qui se pêche sur les grandes plages de sable fin, ainsi que la crevette rose. Cette dernière se trouve plus précisément sur les côtes rocheuses.

Elles possèdent des valeurs nutritionnelles intéressantes puisqu’elles sont riches en protéines et faibles en calories. Elles présentent de faibles taux de gras saturés et contiennent des acides gras riches en oméga 3 et en vitamines B12. C’est également une très bonne source de sélénium, un minerai connu pour ses propriétés antioxydantes.

Quels risques pour la consommation de crevettes pendant la grossesse ?

Les crevettes constituent donc un élément marin pour lequel des risques de contamination sont possibles. La listériose peut en effet être transmise à l’Homme est lui causer des maux de tête, de la fièvre et des troubles digestifs. Pour une femme enceinte, les conséquences peuvent être bien plus graves. La listériose est une maladie qui se déclare après une période d’incubation allant de quelques jours à deux mois. Des complications de type méningite et encéphalites peuvent également survenir. Enfin, elle peut se transmettre à l’embryon et lui causer de graves dommages. Un accouchement prématuré peut survenir, ainsi que dans certains cas, une fausse-couche.

Par ailleurs, le mode d’alimentation des crevettes peut les conduire à contenir des polluants et de fortes concentrations en cuivre et métaux lourds. Si une femme enceinte souhaite en consommer, mieux vaut privilégier des produits de haute qualité, et surtout, les choisir bien fraîches.

Moules

Consommer des moules durant la grossesse

L’alimentation de la femme enceinte doit prendre en compte tous les risques de bactéries liés à nos modes de consommation. Il est parfois difficile de déterminer quels aliments sont autorisés et ceux qui sont à proscrire.

Les caractéristiques spécifiques des moules

Les Mytilida, plus communément appelées moules, sont des mollusques bivalves. Leur consommation par l’Homme remonte à la préhistoire. Actuellement, on la consomme cuite, durant la période de pêche allant de juin à décembre, dans l’hémisphère nord. Autrement, elles sont vendues congelées tout au long de l’année. Il existe bon nombre de recettes de préparation des moules, que l’on peut manger en gratin, et même en entrée.

Le plus célèbre plat reste tout de même le « moule-frites », qui est originaire de Belgique et du nord de la France. Avant d’en consommer, il faut toujours s’assurer de leur fraîcheur. De plus, la chaîne du froid doit absolument avoir été respectée. Ces critères s’appliquent d’autant plus lorsqu’elles sont consommées crues.

Les risques de contamination et comment y remédier

Les moules peuvent provoquer des troubles digestifs. À cela, plusieurs explications sont possibles : soit elles contiennent trop de bactéries, soit elles ont filtré de l’eau contenant du plancton toxique. La cuisson peut détruire la plus grande partie de ces microbes, mais pas forcément en totalité. Elle peut également dénaturer certains microbes, ce qui n’est, en aucun cas, bénéfique. Il est déconseillé de consommer les moules qui ne s’ouvrent pas à la cuisson ainsi que celles qui dégagent une mauvaise odeur.

Leur chair peut également contenir des métaux lourds, même si souvent, ce sont les coquilles qui les assimilent. Elles peuvent également être porteuses de la toxoplasmose, maladie pouvant causer de graves dommages à un embryon. Ainsi, dans le cas où une future maman souhaite en consommer, il faut absolument qu’elles soient fraîches, et parfaitement cuites. Autrement, mieux vaut ne pas courir de risques inutiles.

Pour bien manger pendant votre grossesse et avoir plein de recettes, je vous conseille sans hésiter ce super livre :

Surimi

La consommation de surimi durant la grossesse

Il est important de surveiller chaque aliment consommé durant la période de la grossesse. Il en va de la santé de la mère ainsi qu’au bon développement du bébé. Quelques éléments sont donc à éviter.

Le surimi et ses spécificités

Le surimi, que l’on appelle souvent à tort « bâtonnet de crabe », est réalisé à base de chair ou de pâte de poisson. Il s’agit donc ni plus ni moins que de poisson haché. Les espèces que l’on utilise pour fabriquer le surimi en France sont des poissons sauvages à chair blanche qui sont pêchés en haute mer. Il s’agit donc de colin d’Alaska, de merlan bleu de l’Atlantique Nord, mais également de merlu blanc du Pacifique.

On le présente généralement sous forme de bâtonnets, de dés, de médaillons, râpé, en miettes ou découpé en tranches. Une portion est donc composée de 30 à 40 % de poisson, d’eau, de fécule de pommes de terre, de blanc d’œuf, d’huile de colza, de sel, d’arômes, de stabilisants et de paprika pour sa couleur.

Les risques liés à la consommation de bâtonnets de poisson, ou surimi

Les aliments à base de poisson présentent tous des risques de contamination par la listériose, lorsqu’ils sont consommés crus ou mal cuits. Ainsi, le surimi est un élément qu’il faut éviter de manger durant la grossesse puisqu’on le consomme cru. Il pourrait contaminer la mère et l’enfant par la listériose, qui peut être particulièrement inconfortable pour la mère, voire même, dans certains cas, lui causer une méningite ou une encéphalite. Par ailleurs, cette maladie est dangereuse pour les enfants à naître, puisqu’elle peut lui être transmise. Ainsi, elle peut provoquer un accouchement prématuré, voire même, une fausse-couche. Il est donc préférable de bannir tous les éléments crus, qu’il s’agisse de viande, de charcuterie et de poisson.